Vivre de façon durable au cœur du désert

un homme montrant le désert du doigt
A Karakum, au Turkménistan, une tradition ancienne de fixation des dunes est utilisée pour empêcher le désert d’envahir les routes et maisons du village. Photo : PNUD au Turkménistan

Le désert n’est pas immobile au Turkménistan. Les dunes du désert du Karakoum progressent de 100 à 150 centimètres par an. Elles avalent les terres arables, rendent les routes impraticables et obligent les habitants à déplacer leurs maisons.

Si le changement climatique en est partiellement responsable, les pratiques agricoles non durables le sont tout autant. Beaucoup de gens gagnent leur vie en tant que pasteurs, et comme les ressources en eau sont limitées dans la région, ils font paître leurs bêtes autour des puits. Le surpâturage qui en résulte prive les terres de plantes et nutriments importants et les exposent à la désertification.

Lorsque les sables du désert se rapprochent, les gens sont obligés de déplacer leurs maisons pour empêcher les dunes de les recouvrir. « Il y a neuf ans, le village se trouvait à dix mètres plus au sud. Ma propre maison était bien plus proche du désert », explique Kakabay Baysadehov, un représentant du PNUD dans la région.

A retenir

  • La technique de fixation des dunes a été utilisée sur dix hectares de terres communautaires.
  • De nouveaux puits, et des réservoirs ont fourni un supplément de 125 000 mètres cubes d’eau pour la boisson et le bétail.
  • Quelque 2 000 habitants ont bénéficié des nouvelles techniques agraires depuis leur introduction en 2013.

En 2012, le PNUD, appuyé par le Fonds d’adaptation, s’est allié au ministère turkmène de la Protection de la nature et aux localités de la région du Karakoum pour aider les communautés à s’adapter au changement climatique.

Cette nouvelle initiative s’est appuyée en grande partie sur une technique très ancienne : la fixation des dunes. Il s’agit de planter des roseaux et des saxaouls (sorte d’arbrisseau), qui fixent les sables sur place. Des saxaouls ont donc été plantés sur dix hectares de terres communautaires et le succès ne s’est pas fait attendre. Le désert a cessé d’envahir les routes du village et les habitants n’ont plus été obligés de déménager.

« [La fixation des dunes] est une tradition ancienne de la nation turkmène », dit Kakabay.

Pour lutter contre la dégradation des sols, des puits ont été construits ou rénovés, ce qui a accru la quantité d’eau disponible et permis d’ajouter des pâturages. Des réservoirs cimentés et enfouis dans le sol stockent l’eau potable, ce qui fournit plus de 125 000 mètres cubes d’eau potable supplémentaires pour les hommes et le bétail, et permet d’irriguer 6 000 hectares de terre en plus pour l’élevage.

Le projet a également enseigné de nouvelles méthodes de conservation de l’eau des sols aux membres de la communauté et leur a fait connaître d’autres types d’engrais (comme le biohumus et le compost) qui améliorent l’irrigation, la fertilité des sols et la productivité. Quelque 2 000 habitants en ont bénéficié depuis en 2013.

« Nous avons appris des techniques d’évaluation des besoins locaux, raconte Velmurat Akkoshekov, un berger qui a assisté aux formations. [Nous avons] aussi identifié les techniques d’adaptation les plus pertinentes et les plus adaptées aux plans environnemental et économique pour les implanter dans notre région. »

Les habitants participent aussi à l’entretien d’une nouvelle serre tout en apprenant de nouvelles techniques agraires. Cette année, la première récolte a donné 1,2 tonne de concombres. D’ordinaire, la communauté doit importer ce genre de légumes et la serre leur a permis d’épargner environ mille dollars. Les villageois ont l’intention de faire pousser des tomates et des poivrons, et de partager une partie de leurs semences avec les villages voisins.

Grâce à des techniques spéciales pour « fixer » les sables et créer des « ceintures » d’arbres et de plantes, les villageois sont désormais à l’abri des sables mouvants et peuvent mener des vies plus stables.

« Nous avons plus de maisons dans les hameaux, et des villages plus importants, se réjouit Murat Ovezov, président du syndicat des agriculteurs de la région de Darvaza. Les familles peuvent rester groupées et ne doivent plus s’éparpiller dans tout le Karakoum. »

Le désert occupe quatre-vingt pour cent du Turkménistan, et d’autres parties du pays connaissent des problèmes similaires. Le Karakoum a servi de zone pilote, mais le programme devrait s’étendre à d’autres régions où le PNUD aidera les populations locales à s’approprier le projet.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Singapour centre de Politiques Globaux
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe